Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 09:28

      

 

Etaient présents : Joëlle LE RHEUN et J.Yves LE GOFF, Présidents

Luciana PLEIBER, Secrétaire

Jeannine PERRON, Trésorière Adjointe

Jean Pierre CULUIOLI

Catherine QUERRIC

Absents : Corine CALVEZ, DAGORNE

Excusés : M.Caroline LEFEUVRE, Gilles THOMASSE, Jean ANNEZO, Alain GUICHARD, M.Claire LE GUENNEC, Jackie PLEIBER

 

La réunion s’est tenue de 18H à 19H50 à la salle C01 de la Cité ALLENDE à LORIENT

Formalités de passage de la trésorerie à finaliser

                 Le récépissé de la Préfecture pour ouvrir le compte vient d’arriver. Il est possible que l’on change de banque pour des raisons de facilité (actuellement, la BFCC).

                 Points adhérents : Aujourd’hui Catherine QUERRIC vient d’adhérer, ce qui porte à 34 le nombre des adhérents. Il faut continuer de dynamiser la campagne d’adhésions.  

   

                 Stand à Pont Scorff :

          L’AFPS du pays de Lorient tiendra un stand lors de la journée du commerce équitable à Pont Scorff, le dimanche 20 novembre prochain.

.         Une exposition va être préparée : Luciana se charge des photocopies de documents en notre possession. 5 Drapeaux ont été achetés pour décorer le stand.

          Une vidéo tournera en continu, il s’agirait de « Un Etat Palestinien est-il encore possible ? », c’est le documentaire passé sur Antenne 2 au cours de l’émission « Un oeil sur la planète ». Ce DVD a été acheté à l’AFPS Nationale.

.         Nous vendrons de l’huile d’olive : Il en reste environ 30 bouteilles qui seront vendues à 12 €.

           50 cahiers de formation la Palestine ont été achetés et seront à vendre 5 €.

           Les badges seront vendus 0,50 €.

. Les keffiehs sont gardés pour la fête Huma Bretagne.

           Les livrets « Palestine : de l’expulsion à l’apartheid » à 3 €, resteront au sein de l’AFPS en vue de communication interne.

         . L’installation du stand se fera entre 8H et 10H par Joëlle et Jean Yves.

Luciana et Jeannine seront sur place de 10H à 14H, Gilles et Marie-Caroline seront de permanence de 14H à 18H. Tout le monde mangera à midi sur place (6 repas réservés).  

           

       Les adhérents voulant participer à cette journée sont vivement attendus.

 

           Stand à la Fête de l’Huma Bretagne :

                L’AFPS aura un stand. Installation le vendredi 25 novembre. Ouverture du stand le samedi 26/11 de 9H à 19H et le dimanche 27/11 de 10H à 17H.

                Les membres du bureau seront présents mais il est vivement souhaité la participation des adhérents disponibles même pour une heure ou deux.

              * L’emplacement du stand est important car la place habituelle n’était pas très porteuse (derrière la petite scène du cabaret). Catherine QUERRIC nous rassure en nous expliquant que cette année toute l’organisation des espaces est préparée par Guy ABGRALL (comédien) et que l’espace consacré à la fête va être entièrement revu, nous aurons donc un espace plus passant et nous pourrons disposer de 3m sur 3m avec tables et chaises.

           * Le but de ce stand est de faire connaître l’AFPS et de faire des adhésions.

          * Il reste 10 keffiehs qui seront à vendre. Nous avons du mal à en racheter et de plus nous ne voulons pas faire double emploi avec la JC qui risque d’en vendre aussi.

          * Nous mettrons en vente, ce qui nous restera en huile et en livrets de formation après la journée du 20 novembre à Pont Scorff.

          * L’expo qui aura servie à Pont Scorff et le DVD seront réutilisés.

   

* Un débat aura lieu le Samedi 26 novembre à partir de 18H et jusque 19h/19H30.

   

On travaille en collaboration avec la JC (Jeunesse Communiste).

- Le débat sera animé par Jean Yves LE GOFF, Président de l’AFPS du pays de Lorient.

-

          Raed Abou Youssef, Président d’une coopérative d’agriculteurs Palestiniens d’Halhul, membre du comité de jumelage avec Hennebont et parlant français est aussi l’hébergeur et l’organisateur sur place des missions de cueillette des olives avec l’AFPS. Il sera présent à Hennebont le 25/11.      

 

         Alain Larivée (Président du comité de jumelage d’Hennebont) nous a confirmé qu’il sera présent à notre débat.

        Nous allons finaliser le thème et le lui soumettre, il pourrait s’agir du problème de la sauvegarde de la terre, de l’étranglement économique dans lequel se trouve la Palestine occupée avec toutes les thématiques de l’annexion de la terre et de l’eau.

-

         Jean Claude Lefort (Président de l’AFPS) a également accepté notre invitation et sera donc présent lors de ce débat. Nous proposons comme sujet de débat, l’avenir de la Palestine avec en ligne de fond l’admission problématique à l’ONU et celle récente à l’UNESCO.

-

Chloé GALLAIS de la JC de Lanester qui s’est rendue en Palestine interviendra sur son expérience personnelle.

-

Pierrick ANNOOT, Secrétaire National de la JC sera présent et interviendra également.

- Taoufik Tahani, Universitaire, palestinien et membre de l’AFPS ne sera pas présent.

- Nous avions demandé la participation de Claude Léostic (ayant participé à la flottille pour Gaza sur le Louise Michel puis sur le Dignité), qui est de Brest et membre de l’AFPS nationale. Mais celle-ci est à l’étranger à cette période.

Une réunion de préparation avec la JC aura lieu avant le débat.

             * Une minute de protestation sera programmée en solidarité avec la Palestine et notamment pour faire connaître le sort de Salah AMOURI, Palestinien Franco/Palestinien détenu par Israël et dont la culpabilité est fortement contestée.

               * Des invitations devront être envoyées à différents partenaires afin de participer à ce débat : Les comités AFPS de Bretagne et de Loire Atlantique, les associations de magrébins du département, El Kantara, …

              Nous faire connaître les associations susceptibles d’être invitées. Nous les contacterons par Mail et également par invitation papier.

   

Commandes :

. Il sera commandé au moins 60 bouteilles d’huile et plus selon le prix d’achat à la quantité.

          . Nous allons acheter 5 livres de Michel Warschavski « Au pied du mur » pour une revente interne à l’AFPS.

          Le DVD « MY LAND » va être commandé en vue d’une soirée débat/projection en juin 2012.

Actions à prévoir :

           Nous aimerions plus nous impliquer dans la campagne BDS (boycott des produits fabriqués dans les colonies), notamment le sodastream fabriqué dans les colonies palestiniennes et vendus par Israël par le biais d’une société roumaine (il y en a, à K2 et chez Boulanger …).

Vous pouvez d’ores et déjà vous renseigner sur le site de l’AFPS Nationale.

Programme des réunions à venir :

* Bureau le mercredi 16/11 à 18H30 à Ploemeur aux 4 A

* Conseil d’Administration le mardi 13/12 ou le mercredi 14/12/2011 à la Cité ALLENDE à 18H30. Marie Caroline se charge de la réservation.

Repost 0
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 09:43

La marine israélienne a une nouvelle fois empêché vendredi des bateaux pro-palestiniens, un irlandais et un canadien, de briser le blocus israélien de la bande de Gaza.

              Le Saoirse ("Liberté" en gaélique) et le Tahrir ("Libération" en arabe) ont été arraisonnés et la radio publique israélienne a annoncé qu'ils étaient arrivés vendredi soir au port israélien d'Ashdod, au sud de Tel-Aviv.

 

             Suivant une procédure déjà bien huilée avec l'interception de précédentes flottilles internationales à destination de Gaza, les 27 passagers (dont 5 journalistes) devraient être livrés aux services de l'immigration, avant d'être expulsés dans les prochains jours vers leurs pays respectifs.

 

               Selon la radio, l'un des militants à bord était israélien, et il devrait être remis en liberté après interrogatoire.

 

               Une source sécuritaire israélienne a précisé à l'AFP que personne n'avait été blessé lors de l'arraisonnement.

 

                "Des commandos de marine israéliens ont abordé les bateaux qui étaient en route pour la bande de Gaza et tentaient de forcer le blocus de sécurité maritime mis en place conformément au droit international", a annoncé un communiqué militaire dans l'après-midi.

 

                L'opération s'est déroulée comme prévu et les commandos de marine ont pris toutes les précautions nécessaires pour assurer la sécurité des militants à bord des navires autant que la leur", a ajouté le communiqué.

Le premier contact radio entre la marine israélienne et la mini-flottille, qui transportait 30.000 dollars de médicaments, a eu lieu à 48 milles nautiques des côtes de Gaza.

 

                Peu après, les Canadiens ont confirmé le contact radio sur Twitter: "Navire de guerre israélien: +Quelle est votre destination ?+. Notre réponse: +Le progrès de l'humanité+." Les communications avec le Tahrir ont ensuite cessé, brouillées par l'armée israélienne.

 

                Les organisateurs de la campagne "Freedom Waves To Gaza" (Vagues de la liberté vers Gaza) ont fustigé "un arraisonnement illégal dans les eaux internationales".

 

                "Il est évident que 27 civils à bord de deux petits bateaux, transportant seulement des médicaments, ne constitue en aucune façon une menace contre la sécurité de l'Etat d'Israël", a plaidé une porte-parole, Huwaida Arraf.

 

                "En dépit de cette agression israélienne, nous continuerons, vague après vague, par air, par mer et par terre, à défier la politique illégale d'Israël à l'égard de Gaza et de toute la Palestine", a-t-elle promis.

 

                 Partis de Turquie, les équipages des deux navires avaient reçu pour consigne de ne pas opposer de résistance à la marine israélienne. La radio publique israélienne a précisé dans la soirée qu'aucune arme n'avait été retrouvée à bord.

 

I                Israël, qui considère comme des "provocations" les tentatives même symboliques de briser le blocus, défend régulièrement son droit à maintenir le blocus de la bande de Gaza, contrôlée par le Hamas depuis juin 2007, afin d'empêcher la contrebande d'armes.

 

             

Repost 0
Published by afpslorient - dans Bateau pour Gaza
commenter cet article
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 08:20

 

                  Les deux bateaux de la troisième flottille internationale, partis de Turquie pour essayer de briser le blocus imposé par Israël sur la bande de Gaza, se rapprochaient de leur but, vendredi matin, s'attendant à être interceptés par Israël, a indiqué un coordinateur de l'opération.                

            "Les deux bateaux se rapprochent des eaux contrôlées par Israël et leurs équipages ont reçu pour consigne de ne pas opposer de résistance à la marine israélienne lorsque celle-ci tentera de les intercepter", a indiqué M. Denis Kosseim, porte-parole des coordinateurs de cette équipée depuis le Canada.

                        "Nos délégués ont signé un document dans lequel ils se sont engagés à ne pas opposer de résistance en cas d'arraisonnement de la part d'Israël. Nous espérons qu'ils pourront ensuite repartir chez eux sans être inquiétés", a insisté M. Kosseim. Une porte-parole de l'armée israélienne a confirmé à l'AFP que "les deux bateaux se rapprochent et leur progression est surveillée par la marine qui établira le contact en temps opportun".

 

               Cette mini-flottille composée d'un bateau irlandais, le Saoirse ("liberté" en gaélique) et d'un autre canadien, le Tahrir ("libération" en arabe), transportant du matériel médical et des militants, est partie mercredi après-midi de Fethiye, dans le sud-ouest de la Turquie, et prévoit d'arriver vendredi 4 novembre à Gaza.

              En comptant les membres d'équipage et les journalistes invités, 27 personnes se trouvaient à bord des deux navires, qui transportaient 30 000 dollars de médicaments, selon un communiqué transmis par l'organisation "Freedom Waves To Gaza" (Vagues de la liberté vers Gaza).

 

                  Dans la nuit de jeudi à vendredi, les deux bateaux ont atteint les eaux internationales et se trouvaient à environ 180 milles nautiques (plus de 300 km) au nord de Gaza, ont précisé les coordinateurs irlandais de l'opération.        

          Selon l'Organisation pro-palestinienne International Solidarity Movement (ISM), l'arrivée des deux bateaux dans le port de Gaza est prévue vers 9 h 30 locales (8 h 30, heure française).  

 

                                             LA MARINE ISRAÉLIENNE AUX AGUETS

                         Des bateaux de guerre israéliens se sont rapprochés jeudi à six milles de la mini-flottille tandis que des avions de reconnaissance la survolaient, a indiqué le militant irlandais Fintan Lane.

                Bien que se trouvant dans les eaux internationales, l'équipage et les passagers de la mini-flottille craignent que leurs bateaux soient arraisonnés par les militaires israéliens pendant la nuit, a ajouté le militant.

 

                        "Nous n'avons aucune intention de pénétrer dans les eaux territoriales israéliennes, nous n'avons pas l'intention d'aller en Israël. Notre destination est Gaza", a encore affirmé Fintan Lane. Pour lui, "si les Israéliens essaient d'empêcher les deux bateaux de se rendre à Gaza ou de les forcer à accoster en Israël, cela reviendrait à un kidnapping".

                         La marine israélienne "se tient prête pour les empêcher d'atteindre la bande de Gaza", a déclaré mercredi soir la porte-parole de l'armée israélienne aux journalistes. "Nous comprenons qu'il s'agit une fois encore d'une nouvelle provocation dans une longue liste de provocations contre l'Etat d'Israël", a poursuivi Avital Leibovitch, soulignant que la commission d'enquête internationale des Nations unies avait reconnu la légalité du blocus de la bande de Gaza.

                Israël défend régulièrement son droit à maintenir le blocus de la bande de Gaza, contrôlée par le Hamas, afin d'empêcher la contrebande d'armes.

                        Un porte-parole du ministère irlandais des affaires étrangères a affirmé à l'AFP que "tout était tenté pour empêcher une répétition de l'incident survenu à la première flottille." Celle-ci avait appareillé en mai 2010, mais elle a été arrêtée par la marine israélienne lors d'un raid qui a fait neuf morts parmi les militants turcs et provoqué une crise diplomatique entre la Turquie et Israël. Une deuxième flottille a essayé de partir de Grèce en juillet, mais les autorités grecques lui ont interdit d'appareiller.

Repost 0
Published by afpslorient - dans Bateau pour Gaza
commenter cet article
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 20:34
 

                                       L’AFPS se félicite vivement de l’admission de la            Palestine, en tant qu’Etat de plein droit, au sein de l’Unesco. C’est le 195 ème Etat à rejoindre cette organisation onusienne.

 

 

                 Nous nous félicitons également de ce que, dans ce cadre, la France ait voté pour, rompant avec l’idée avancée que cette initiative palestinienne était "prématurée". Son vote a été salué par un tonnerre d’applaudissements au sein de l’assemblée - ce qui en dit long des attentes qui existent vis à vis de notre pays.

                 Notre association, qui n’a pas menagé ses critiques par rapport à la position française exprimée avant ce vote n’en est que plus crédible en constatant positivement ce résultat et en estimant que sa voix et ses efforts ont été pris au sérieux et entendus.

                  Seuls 14 pays - dont les Etats-Unis et Israël ainsi que l’Allemagne - ont voté contre. Leur isolement éclatant n’est pas durablement tenable. Ils se mettent à côté de l’histoire car ils se mettent hors le droit.

                 Ce vote à l’Unesco conforme au droit international en appelle d’autres afin que bougent positivement les lignes au Proche-Orient.

                 Nous continuerons à agir dans ce sens pour renforcer la dynamique, pour aller avec le droit, vers une paix juste et durable dans cette région du monde.

              Dans cet esprit nous appelons l’ensemble de nos groupes à poursuivre et à renforcer leurs efforts afin que la France vote "oui" au Conseil de sécurité face à la seule question qui lui est posée : oui ou non la Palestine à l’ONU !

Le Bureau national de l’AFPS, le 1er novembre 2011

 

                               ---------------------------------------------------------------------------------------

 

«C'est vraiment un moment historique qui rend à la Palestine certains de ses droits», a déclaré devant la Conférence générale de l'agence de l'ONU le ministre des Affaires étrangères de l'Autorité palestinienne, Riyad al-Malki.

         «La Palestine est le berceau des religions et des civilisations», a-t-il rappelé après avoir assuré que les Palestiniens avaient besoin de l'aide de l'Unesco pour protéger le patrimoine historique et culturel de la région.

          D'après lui, cette demande est totalement déconnectée de la démarche effectuée auprès de l'ONU à New York en vue d'une reconnaissance de l'État palestinien. Celle-ci doit être examinée à partir du 11 novembre.

Repost 0
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 16:55

 

REUNION DU 27/09/2011 à VANNES

 

11 personnes sont présentes : 7 du collectif de Vannes, 3 de l’AFPS pays de Lorient (Joëlle, Jeanine et Luciana) et Claude LEOSTIC (membre du conseil national AFPS).

Claude LEOSTIC nous présente le bilan de la flottille pour GAZA

 

1) L’Historique

  

                     Elle a participé à la flotille pour GAZA, tout d’abord sur le Louise MICHEL, puis sur le DIGNITE qui a pu se rendre à 38 miles des côtes de GAZA et qui a été arraisonné. Elle a écrit de nombreux articles et des résumés sur le déroulement de l’opération.

                   Jusqu’en juin, nous avons suivi les péripéties de la flottille. Il a fallut rechercher des bateaux en Egypte d’abord, puis en Grèce par l’intermédiaire de compagnies grecques (en 2008, les grecs avaient réussi à préparer des bateaux qui étaient arrivés à GAZA).

                    Un comité de pilotage a été créé entre les pays engagés dans la flottille afin d’éviter que la pression ne porte que sur les grecs. Au lieu de 20 bateaux prévus, il n’y en a eu que 12 qui étaient tous en Grèce sauf 1, en Turquie.

                   La tension est devenue de plus en plus forte et a été exercée par les Etats-Unis (allié d’Israël), qui a menacé de provoquer la faillite de la Grèce. Depuis 2010, la Grèce est aussi sous la pression d’Israël. Un véritable harcèlement a été mené contre la flottille : Tracasseries administratives, attentats sur les bateaux, interdiction de sortir des ports grecs, refus de livrer du gas oil, … Les bateaux se sont retrouvés piégés.

                    Au début les médias ont fait leur travail, puis il y a eu des problèmes médiatiques et politiques.

                   La Turquie s’est désistée au dernier moment à cause de pressions américaines. Elle a refusé le décollage de l’hélico qui devait filmer pour la chaîne Al Jézirah, ce qui ne l’empêche pas aujourd’hui de faire un nouveau virage anti-Israélien.

                   Il existe également une collusion entre Israël et l’Egypte.

Les ministères grecs ont fait leur travail mais :

 

l’Union Européenne n’a rien fait, personne n’a protesté , même contre la violation de l’espace Schengen (eaux territoriales).

 

                 Les cargaisons qui avaient été achetées par les autres pays ont été saisies et sont toujours bloquées dans les entrepôts d’ASHDOD en Israël. Il y a peu de chances de les récupérer.

                La France qui devait acheter une cargaison de médicaments, ne l’a pas fait, devant l’incertitude de l’approvisionnement. La somme provisionnée de 30 000€ est toujours disponible, celle-ci pourra être utilisée ultérieurement.

                La Suède avait acheté du ciment qui n’a pas été livré, le chèque leur a été rendu. Les espagnols vont garder leur bateau et l’utiliser pour faire des réunions politiques en Grèce.

Quand la France a compris que le Louise MICHEL ne pourrait pas quitter la Grèce, elle a payé 12% de parts d’un cargo pour transporter les marchandises.

               Grâce à l’argent récolté (720 000€), il a été décidé d’acheter un autre bateau : Le Dignité, qui était caché près du Pyrée, a pu se ravitailler en Crète, celui-ci a pu sortir discrètement et n’a signalé sa présence qu’arrivé dans les eaux internationales.     

Le 1 er équipage a du partir (élus, politiques, journalistes, …) et a été remplacé par un autre équipage, il n’y avait plus que des militants à bord (dont Claude LEOSTIC et Jean Claude LEFORT : dirigeant AFPS, député honoraire) et divers représentants des autres pays (en tout : 12 personnes).

 

          Une escale à Rhodes a permis d’avoir le soutien de réseaux clandestins anciens, puis à l’île de Castel Noriso qui entretient des liens forts avec GAZA(Réfugiés Grecs à Gaza. Ensuite le Dignité est descendu vers le sud et a déclaré aller vers Port Saïd en Egypte.

          C’est alors qu’Israël se manifeste : 3 Gros navires + 7 zodiacs les escortent. Un bateau Egyptien passe, fait plein de photos et s’en va.

           Le commando se rapproche et monte à bord, c’est une arrivée musclée et organisée qui paralyse le bateau, l’équipage du Dignité décide de faire une résistance passive. Tout le bateau est fouillé et vandalisé. L’équipage est transporté de force sur les zodiacs et amené à ASHDOD (Israël), sauf le capitaine qui est gardé à bord. L’équipage est amené en centre de détention avec juste ce qu’il a sur lui, puis en cellule et mis dans des avions pour un retour au pays.

          Le bateau a été mis à sac, saccagé intérieurement et tous les effets personnels ont été volés, il est depuis à ASHDOD, à l’abandon et avec très peu de chances d’être rendu ou dédommagé.

 

2) Le Bilan et la discussion

  

                     Les membres du collectif de Vannes sont très sévères face au budget énorme engagé (720 000€) et le fait de n’avoir pas pu amener une seule aide à Gaza. Face au désarroi des palestiniens, qu’avons-nous fait ? Serons-nous crédibles auprès de la population française et pourrons-nous les solliciter à nouveau ?

          Le collectif Français pour la flottille à GAZA a pris un avocat et attaque le Tribunal d’Israël à Paris pour voix de fait sur les personnes et le bateau et a fait appel à un avocat français : Roland VEIL qui demande la somme de 2 000€ pour ses services.

Le bateau ayant été arraisonné dans les eaux territoriales, un recours est lancé contre Israël.

           Le collectif exige de l’aide pour ramener le Dignité. Une campagne est menée contre le gouvernement Grec avec des avocats grecs.

           La France déciderait de vendre le Louise Michel sur place (cela a été décidé à l’unanimité en AG). Il a été acheté 235 000€, il pourrait être revendu 160 000€ car le coût sur place est trop élevé (4 000€ d’ancrage + personnel + frais d’entretien, …), et le rapatriement est difficile, les papiers de navigation viennent juste d’arriver. De même les parts de 12% du cargo qui devait transporter la marchandise, pourraient être récupérées lors de la vente du cargo..

 

         Le collectif Français pour la flottille a réuni 80 organisations depuis le 12 juillet 2010 et a été une immense réussite populaire avec un grand potentiel de sympathie qu’il ne faudrait pas laisser tomber (78% de la population Française étaient favorables à la flottille pour briser le blocus de Gaza). Il faut réfléchir pour préserver cet acquis de sympathie et aller vers une dynamique internationale.

 

           Le bilan définitif et le budget seront rendu publics dès que les restes de dons seront parvenus.

Pour l’instant le budget est équilibré. La somme totale recueillie est de 720 000€, dont 500 000€ ont été utilisés pour les bateaux (2 bateaux + 12% de parts du cargo). Une partie devrait pouvoir être récupérée (vente du Dignité et parts du cargo).

              Les 30 000€ qui n’ont pas été utilisés pour l’achat des médicaments pourront être réutilisés mais il reste à trouver le moyen d’acheminer ces médicaments.

             Pour l’instant, la France n’a pas de projet en route, il est demandé à chacune et chacun d’y réfléchir et de faire remonter les idées à l’AFPS nationale.

 

          Qu’est-ce que l’on aurait pu faire ? Les pressions étaient telles que nous avons été piégés.

Le but de cette flottille était de briser le blocus de Gaza, ce en quoi nous n’avons pas réussi mais cela a été surtout une campagne politique d’envergure qui a ébranlé Israël et ses alliés et fait avancer l’idée d’un Etat palestinien

 

, cela a permis de vulgariser le conflit et de l’expliquer. L’idée d’harceler Israël par des opérations similaires est lancée.

         Les mouvements internationaux ont été très importants, la dynamique a été lancée positivement. Les Bilans nationaux vont être faits puis le bilan international sera connu, une réunion le 15 octobre est prévue à ce sujet et la communication devrait suivre.

        

         La campagne a été avant tout une campagne politique, ce qui a réussi mais devait être aussi une campagne humanitaire, ce qui a été un échec.

Il faut poursuivre le mouvement et le diversifier. En attendant de nouvelles idées, il est proposé d’accentuer la campagne de boycott BDS.

Repost 0
Published by afpslorient - dans Bateau pour Gaza
commenter cet article
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 16:50

 

 

 

REUNION DE BUREAU DU 30 SEPTEMBRE 2011

 

Etaient présents : Joëlle LE RHEUN et J.Yves LE GOFF, Présidents

Luciana PLEIBER, Secrétaire

M.Caroline LEFEUVRE, Trésorière

Jeannine PERRON et Gilles THOMASSE

 

Absent : Jean ANNEZO

 

La réunion s’est tenue de 18H30 à 20H à Ploemeur.

Formalités de passage de la trésorerie à finaliser

Points adhérents : Aujourd’hui 34 adhérents, il faut dynamiser la campagne d’adhésions.

2 adhésions ont été faites à l’huma Paris, Jean Yves, Luciana et Gilles se sont rendus sur les différents stands de la Palestine à l’Huma Paris et ont participé au meeting ainsi qu’au débat.

Stand à Pont Scorff :

L’AFPS du pays de Lorient tiendra un stand lors de la journée du commerce équitable à Pont Scorff, le dimanche 20 novembre prochain.

L’installation du stand se fera entre 8H et 10H par Joëlle et Jean Yves. Sont prévus des panneaux d’affichage, des drapeaux et une vidéo en continu.

Nous vendrons de l’huile d’olive, des badges, des livrets sur la Palestine et des keffiehs.

Ce qui manque va être commandé par Joëlle (livrets/cahiers, drapeaux, keffiehs ...).

L’idée de l’achat de tee-shirts a été abandonnée.

Luciana et Jeannine seront sur place de 10H à 14H, Gilles et Marie-Caroline seront de permanence de 14H à 18H. Tout le monde mangera à midi sur place (6 repas réservés).

 

Les adhérents voulant participer à cette journée sont vivement attendus.

 

Stand à la Fête de l’Huma Bretagne :

L’AFPS aura un stand. Installation le vendredi 25 novembre. Ouverture du stand le samedi 26/11 de 9H à 19H et le dimanche 27/11 de 10H à 17H.

 

Les membres du bureau seront présents mais il est vivement souhaité la participation des adhérents disponibles même pour une heure ou 2.

 

* Le but de ce stand est de faire connaître l’AFPS et de faire des adhésions.

* Il y aura des articles en vente : Huile, livres, Keffiehs, …

* Une expo devrait être mise en place et un DVD sera mis en continu.

* L’on travaille actuellement en collaboration avec la JC (Jeunesse Communiste) sur la préparation d’un débat qui aura lieu le samedi ou le dimanche, cela reste à définir.

-Raed Abou Youssef, Palestinien d’Halhul, membre du comité de jumelage avec Hennebont et traducteur en français est aussi l’hébergeur et l’organisateur sur place des missions de cueillette des olives avec l’AFPS. Il sera présent à Hennebont le 25/11, aussi nous contactons Alain Larivée (Président du comité de jumelage d’Hennebont) afin de voir la faisabilité de la présence de RAED à notre débat.

-Taoufik Tahani, Universitaire, palestinien et membre de l’AFPS a été également sollicité.

-Nous avons demandé la participation de Claude Léostic (ayant participé à la flottille pour Gaza sur le Louise Michel puis sur le Dignité), qui est de Brest et membre de l’AFPS nationale. Mais celle-ci est à l’étranger à cette période.

-Nous allons solliciter la présence de Jean Claude Lefort (Président de l’AFPS).

Entrevue avec le maire de Ploemeur :

Il serait souhaitable d’avoir un projet ficelé avant de le rencontrer.

Sur le site de l’AFPS, il existe de nombreux projets, jumelages, parrainages, assistances, envoi de matériels, … Nous allons créer une commission chargée de trier et proposer des projets à l’AFPS du pays de Lorient, nous travaillerons ensuite là-dessus.

Programme à venir :

L’AFPS du pays de Lorient souhaite réaliser la projection d’un film, si possible « My Land » vers le mois de juin 2012, avec organisation d’une présentation/débat.

Joëlle a contacté à plusieurs reprises le national mais est restée sans réponses, elle va réessayer d’obtenir un film en support.

Nous avions déjà fait cela avec le film « Gazastrophes », à la salle Océanis à Ploemeur le 8 avril 2011, cela avait été un succès tant au niveau du public que de la presse et avait permis de récolter de l’argent pour la campagne d’un bateau français pour Gaza.

Réunion à Vannes le 27/09/2011

Joëlle, Luciana et Jeannine se sont rendues à la réunion à Vannes, Un premier bilan de la campagne d’un bateau Français pour Gaza bilan a été présenté par Claude Léostic. Voir le résumé sur le blog.

Programme des réunions à venir :

* Conseil d’Aministration le mardi 25/10 ou le mercredi 26/10/2011 à la Cité ALLENDE à 18H30. Marie Caroline se charge de la réservation.

* Bureau le mercredi 16/11 à 18H30 à Ploemeur aux 4 A

* Conseil d’Aministration le mardi 13/12 ou le mercredi 14/12/2011 à la Cité ALLENDE à 18H30. Marie Caroline se charge de la réservation.

Repost 0
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 07:27

AFP:

Le président Mahmoud Abbas a présenté vendredi la demande historique d'adhésion d'un Etat de Palestine à l'ONU sur la base des lignes de 1967, contraignant la communauté internationale à appeler à de nouvelles négociations de paix avec Israël.partagez

                        Lors d'un discours très applaudi devant l'Assemblée générale, M. Abbas a précisé avoir présenté juste auparavant au secrétaire général Ban Ki-moon la demande d'adhésion d'un Etat comme membre à part entière des Nations unies "sur la base des lignes du 4 juin 1967 avec Jérusalem-Est pour capitale". Brandissant le document, il a reçu un tonnerre d'acclamations.

 

                       M. Abbas a déposé cette demande, transmise pour examen au Conseil de sécurité, plus de 60 ans après le plan de partage de la Palestine à l'ONU.

 

                        Le Conseil se réunira lundi après-midi pour une première séance de consultations sur cette demande, a annoncé l'ambassadeur du Liban, Nawaf Salam, qui préside cette instance en septembre.

 

                         Nous sommes "prêts à revenir immédiatement aux négociations sur la base des références fondées sur le droit international et d'un arrêt total de la colonisation", a dit M. Abbas, notamment en référence aux lignes de 1967.

 

                      Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui s'est adressé peu après à l'Assemblée générale, a rejeté l'initiative, affirmant: "La vérité est que nous ne pouvons pas parvenir à la paix par des résolutions de l'ONU mais par des négociations".

        

                      M. Abbas a assuré que par leur démarche les Palestiniens "ne cherchaient pas à isoler ni délégitimer Israël", mais l'occupation et la colonisation.

 

                      Il a été applaudi par de nombreux délégués, notamment lorsqu'il a cité le discours de son prédécesseur, le dirigeant palestinien historique Yasser Arafat, à la même tribune en 1974, au cours duquel il avait lancé cet appel: "Ne laissez pas le rameau d'olivier tomber de ma main".

                       "Les règles du jeu ont complètement changé aujourd'hui", a estimé Majdi al-Khaldi, conseiller diplomatique de M. Abbas.

 

                        Moins de quatre heures après ce discours, le Quartette pour le Proche-Orient (Etats-Unis, Russie, UE, ONU) proposait une reprise des négociations de paix avec l'objectif d'aboutir à un accord fin 2012.

 

                       Selon la déclaration, les deux parties se rencontreraient une première fois dans un mois pour établir "un calendrier et une méthode de négociations", une exigence répétée des responsables palestiniens.

 

                       Un engagement d'aboutir à un accord définitif fin 2012 "au plus tard" serait pris lors de cette même réunion "préparatoire", selon le texte.

 

                       Le Quartette demande aux parties de présenter "des propositions complètes d'ici trois mois sur la sécurité et le territoire (la question des frontières), et d'avoir fait des progrès substantiels en six mois".

 

                        Une conférence internationale aura lieu à Moscou pour évaluer l'avancée des discussions "au moment qui conviendra".

 

                         Le négociateur palestinien Saëb Erakat a appelé vendredi Israël à "saisir l'occasion offerte par le Quartette", l'exhortant à arrêter la colonisation en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

"La direction palestinienne étudiera le communiqué du Quartette à son retour à Ramallah" (Cisjordanie), a-t-il indiqué, peu avant le départ de la délégation palestinienne de New York.

 

                      "Nous sommes en train d'étudier la déclaration. Nous sommes prêts à reprendre les négociations", a déclaré pour sa part à l'AFP un haut responsable israélien.

 

                         Israël et les Etats-Unis s'opposent catégoriquement à l'initiative de M. Abbas, affirmant qu'un Etat palestinien ne peut être que le résultat d'un accord de paix.

                        

                         L'administration américaine a averti qu'elle y opposerait son veto au Conseil de sécurité si nécessaire.

 

                         Les Palestiniens comptent obtenir les 9 voix sur 15 nécessaires au Conseil pour valider une demande d'adhésion, ce qui forcerait Washington à recourir au veto.

Ce vote ne devrait pas intervenir avant plusieurs semaines, mais les Palestiniens se sont dits prêts à attendre que le Conseil statue avant d'étudier des alternatives.

 

                        Des dizaines de milliers de Palestiniens ont célébré la demande d'adhésion dans les grandes villes de Cisjordanie.

Repost 0
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 07:18
 publié le vendredi 23 septembre 2011


Jean-Claude Lefort, président de l’AFPS

 

                            La question de l’admission de la Palestine comme Etat membre de l’organisation des Nations unies – un Etat dans les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale – focalise tous les débats de l’Assemblée générale de l’ONU qui vient de s’ouvrir à New York.

                          

                         La décision palestinienne de déposer cette candidature répond au blocage total des négociations du fait des dirigeants israéliens. C’est un fait que non seulement le gouvernement Netanyahou refuse les paramètres de la paix énoncés par le droit international mais qu’il multiplie la colonisation sur l’ensemble du territoire palestinien, à Jérusalem-Est en particulier.

                         

                         La demande palestinienne, si elle ne règle pas tout, permettrait toutefois de faire bouger enfin les lignes. Cette demande est légitime : c’est l’ONU, oui ou non, qui a créé l’Etat israélien suite au plan de partage en 1947 ? Et si Israël est membre de l’ONU depuis 1949 c’est bien évidemment suite à une décision des Nations unies.

                          

                         Le président Obama, qui disait pourtant l’an dernier vouloir accueillir en 2011 un nouvel Etat à l’ONU, l’Etat de Palestine, brandit aujourd’hui son veto. Selon lui « la paix ne viendra pas de déclarations et de résolutions de l’ONU ». Mais alors, si la demande palestinienne est inoffensive, pourquoi ne la vote-t-il pas ? C’est non seulement tout espoir de paix basée sur le droit qu’il éloigne, mais c’est aussi l’ONU qu’il attaque en son fondement et c’est la Charte qu’il bafoue frontalement. La démarche du président Obama procède de la politique de la girouette.

                        

                         Le président Sarkozy, qui s’était engagé à reconnaître la Palestine en cas de non-reprise des négociations, est sur un registre identique. Seul l’emballage diffère. Se cachant derrière le veto américain, il propose aux Palestiniens le statut d’Etat non-membre privé, en outre, de la possibilité d’aller devant la Justice internationale. Ce n’est pas un siège qu’il propose aux Palestiniens mais un vague strapontin. Et dans la foulée, il se fait fort d’aboutir à la paix « dans un an ». Comment ? Mystère. Et au bout d’un an, tandis qu’il n’y aura pas de paix car il n’appuie pas sa démarche sur le droit, que se passera-t-il ? On recommencera à trouver des astuces pour ne pas appliquer le droit. La démarche de Sarkozy procède ou de l’imposture à peine maquillée ou de la schizophrénie.

                        

                       Les masques viennent de tomber. Leurs belles paroles n’étaient que poudre aux yeux.

                        Le refus israélien du plan proposé par Sarkozy confirme bien que ce n’est pas moins de droit qui les fera avancer. C’est le droit - tout le droit, rien que le droit - qu’il faut défendre, celui-là même que refusent les dirigeants israéliens quand bien même on s’en éloigne. La leçon doit servir. La France doit voter pour la demande palestinienne au Conseil de sécurité.

                        

                       Tout cela met en évidence deux faits. Si le conflit du Proche-Orient ne cesse de durer c’est que les puissants ne veulent pas qu’il en aille autrement afin de laisser les dirigeants israéliens agir à leur guise en toute impunité. L’ONU dit le droit mais ils s’assoient dessus à chaque occasion. Mais, second point, ils sont en décalage total avec les opinions publiques qui sont largement favorables à l’accession de la Palestine à l’ONU.

Dans ces conditions, et dès lors que le vote au Conseil de sécurité n’est pas pour demain, il convient que monte avec encore plus de force l’exigence de l’admission à l’ONU comme Etat membre, un Etat de Palestine viable et souverain dans les frontières de 67 avec Jérusalem-Est comme capitale.

                      

                        C’est le meilleur acte qu’on puisse faire pour la paix sachant, encore une fois, que cela ne réglera pas tout, loin s’en faut. Elle constituera par contre un point d’appui politique dont l’importance se reflète et se mesure clairement par les oppositions frontales ou obliques considérables qu’elle suscite. Si la démarche palestinienne était aussi vaine que cela ou sans importance, nous ne verrions pas monter contre elle tous les alliés inconditionnels des dirigeants israéliens. Mais ils ont un problème : ils ont et le droit et les opinions publiques contre eux. Nous avons et l’un et l’autre avec nous ! Alors, on continue ! La Palestine à l’ONU plus que jamais !

Repost 0
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 19:09
Septembre 2011: Nos militants sur les marchés pour faire signer les pétitions pour la création d'un état palestinien.
Septembre 2011: Nos militants sur les marchés pour faire signer les pétitions pour la création d'un état palestinien.
Septembre 2011: Nos militants sur les marchés pour faire signer les pétitions pour la création d'un état palestinien.
Septembre 2011: Nos militants sur les marchés pour faire signer les pétitions pour la création d'un état palestinien.
Septembre 2011: Nos militants sur les marchés pour faire signer les pétitions pour la création d'un état palestinien.
Septembre 2011: Nos militants sur les marchés pour faire signer les pétitions pour la création d'un état palestinien.
Septembre 2011: Nos militants sur les marchés pour faire signer les pétitions pour la création d'un état palestinien.
Septembre 2011: Nos militants sur les marchés pour faire signer les pétitions pour la création d'un état palestinien.
Septembre 2011: Nos militants sur les marchés pour faire signer les pétitions pour la création d'un état palestinien.
Septembre 2011: Nos militants sur les marchés pour faire signer les pétitions pour la création d'un état palestinien.
Septembre 2011: Nos militants sur les marchés pour faire signer les pétitions pour la création d'un état palestinien.
Septembre 2011: Nos militants sur les marchés pour faire signer les pétitions pour la création d'un état palestinien.
Septembre 2011: Nos militants sur les marchés pour faire signer les pétitions pour la création d'un état palestinien.
Septembre 2011: Nos militants sur les marchés pour faire signer les pétitions pour la création d'un état palestinien.
Septembre 2011: Nos militants sur les marchés pour faire signer les pétitions pour la création d'un état palestinien.

Septembre 2011: Nos militants sur les marchés pour faire signer les pétitions pour la création d'un état palestinien.

Repost 0
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 07:48
 L’AFPS à la fête de l’Humanité 2011
publié le mardi 20 septembre 2011


AFPS

 
Ce dernier week end, l’AFPS était comme à l’habitude activement présente à la Fête de l’Humanité, où la Palestine était à l’honneur sur nombre de stands et dans l’organisation des débats.

 

Côté AFPS, la question de l’admission de l’Etat de Palestine à l’ONU, était bien sûr la question centrale, tant à travers les 3 débats organisés (l’un avec Pascal Boniface, le deuxième avec Benjamin Barthe et les troisième avec les représentants des partis politiques), qu’avec la pétition "La Palestine à l’ONU en 2011", massivement signée par plus de 2200 participants.

 

Jean-Luc Mélenchon et Pierre Laurent signent la pétition pour un État de Palestine à l’ONU Jean-Luc Mélenchon et pierre Laurent signe la pétition pour un Etat de Palestine à l'ONU

Merci encore à tous les militants présents sur le stand ce week end.

De même les différentes activités que nous avons proposées (projection, débat, concert....) ont elles aussi été très suivies.

Quelques photos pour ceux qui n’ont pas pu être présents

- Présentation et discussion autour du dernier livre de Pascal Boniface "Les intellectuels faussaires"

Pascal Boniface Pascal Boniface

- Discussion avec Dov Kheinin, député à la Knesset, membre du parti Hadash

De Gauche à droite : Renée Prangé, Sophie Maziane, Dov Kheinin, Jean-Claude Lefort, Mahmoud Zwahre (coordinateur des comités de résistance populaire de Bil’in) et Taoufiq Tahani De gauche à droite : Renée Prangé, Sophie Maziane, Dov Kheinin, Jean-Claude Lefort, Mahmoud Zwaher (coordinateur des comités de résistance populaire de Bil'in) et taoufiq Tahani

- Présentation et discussion autour du dernier livre de Benjamin Barthe ""Palestine Une nation en morceaux"

Benjamin Barthe (journaliste indépendant et Didier Fagart, (secrétaire général de l’AFPS) Benjamin Barthe (journaliste indépendant) et Didier Fagart (secrétaire Général de l'AFPS)

- Débat "les partis politiques et la Palestine"

De gauche à droite : Yann Leroy (PCF), Jean-Philipe Magnan (EELV), Myriam Martin (NPA), Jean-Claude Lefort (président de l’AFPS), Catherine Guillaume (PG) et Henri Mermet (Les alternatifs) De gauche à droite : Yanne Leroy (PCF), Jean Philippe Magnan (EELV), Myriam Martin (NPA), Jean-Claude Lefort (Président de l'AFPS) , Catherine Guillaume (PG) et Henri Mermet (Les alternatifs)

- Le stand de l’AFPS

l’espace AFPS l'espace AFPS

Petite visite d’Olivier Besançenot au centre Olivier Besançenot

La librairie La librairie

la table "pétition" la table "pétion"

 

Remise-des-petitions-par-Luciana-a-Jean-Claude--LEFORT-pr.jpg

Repost 0

Présentation

  • : Le blog du PAYS DE LORIENT
  • Le blog  du PAYS DE LORIENT
  • : Pour la création d'un état palestinien
  • Contact

Rechercher

Liens