Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 août 2011 5 05 /08 /août /2011 10:31

5 aout 2011. les révolutionnaires syriens redoublent d'audace.
En ce mois de ramadan qu'ils ont dédié «à la victoire de la révolution», les révolutionnaires syriens redoublent d'audace dans l'épreuve de force qui les oppose au régime de Bachar El-Assad. Ni la sanglante répression du soulèvement ni l'impuissance de la communauté internationale n'entament leur détermination à faire tomber le clan Assad installé au pouvoir depuis plus de quatre décennies.

Ce 5 août, premier vendredi du mois de ramadan, «30.000 manifestants défilent à Deir Ezzor (est), et des milliers d'autres à Deraa (sud) et Qamechli (nord-est) pour soutenir la ville de Hama (centre)», annonce Abdel Karim Rihaoui, président de la Ligue syrienne des droits de l'homme, soulignant qu'«à Irbine, près de Damas, les hommes de la sécurité ont tiré sur une manifestation, faisant au moins cinq morts et de très nombreux blessés». Pour sa part Rami Abdel Rahmane, président de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), annonce «plus de 12.000 manifestants dans le gouvernorat d'Idleb (nord-ouest)». L'agence de presse officielle Sana indique, de son côté, que «deux membres des forces de l'ordre (avaient) été tués et huit blessés dans une embuscade tendue par des hommes armés sur la route de Maarrat al-Noomane et Khan Chaykhoune, dans la région d'Idleb».

Mais, tout en continuant à investir la rue, de jour comme de nuit, les Syriens occupent désormais aussi le terrain politique. Dans une déclaration commune signée dans la soirée du 3 août, 69 «coordinations et comités de la révolution syrienne » condamnent d'une seule voix l'assaut sanglant lancé, à la veille du ramadan, contre la ville de Hama et appellent le monde arabo-musulman et la communauté internationale à prendre ses responsabilités (lire la lettre en arabe ici, et sa traduction en français ). Un bel exploit alors que le régime déploie ses chars et ses milices et que l'implacable maillage sécuritaire du pays empêche les contestataires de communiquer entre eux, d'une région à une autre, voire au sein même d'un quartier.

Repost 0
Published by afpslorient - dans International
commenter cet article
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 13:30

Ils sont rentrés ! - Campagne un bateau français pour Gaza

 

 

Les 12 passagers du bateau français ont été expulsés d’Israël et sont aujourd’hui à Paris. Ils sont en bonne santé, après l’abordage de leur bateau dans les eaux internationales par des commandos israéliens. Les passagers canadien, grec et suédois ont été renvoyés dans leurs pays respectifs.

Lire la suite : http://www.france-palestine.org/article17908.html

Repost 0
Published by afpslorient - dans Bateau pour Gaza
commenter cet article
24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 10:41

TRIPOLI - L'Otan poursuivait dimanche ses frappes aériennes sur des cibles militaires à Tripoli, tandis que le régime tentait de reprendre l'offensive en lançant une contre-attaque sur le hameau de Goualich dans l'ouest, sans succès dans l'immédiat.

               Dimanche à 00H50 (samedi à 22H50 GMT), deux explosions ont secoué le quartier de la résidence du colonel Kadhafi, au coeur de Tripoli, suivies d'explosions dans l'est et le sud-est de la capitale, selon un journaliste de l'AFP.

              L'Otan a confirmé des frappes au cours desquelles ses appareils ont "touché deux centres de contrôle et de commandement, deux lanceurs de missiles sol-air et une arme anti-aérienne" à Tripoli.

Samedi, l'Otan avait déjà mené d'autres raids sur Tripoli, dont certains avaient visé les murs et les tours de garde de la résidence du dirigeant libyen, a indiqué dimanche un responsable de l'Alliance à Bruxelles. Les tours ont été spécifiquement visées car "elles protégeaient le centre de commandement et de contrôle" du site, a-t-il dit.

                  De son côté, l'armée du colonel Kadhafi a tenté dimanche de reprendre le hameau de Goualich, à une centaine de km au sud de Tripoli, a constaté un correspondant de l'AFP sur place. Goualich a déjà changé de mains plusieurs fois au cours des 5 mois de conflit.

               L'armée loyaliste a attaqué la ville et bombardé la zone, avant d'être contrainte de se replier face aux rebelles, qui tiraient notamment des roquettes.

             Selon le correspondant de l'AFP, des bombardements et des tirs nourris ont eu lieu pendant deux à trois heures. Vers 19H30 (17H30 GMT), il pouvait encore entendre quelques déflagrations.

                  Pendant toute la durée des bombardements, l'Otan survolait la zone.

Avant de lancer leur offensive, les pro-Kadhafi avaient envoyé des dizaines de civils pour annoncer leur arrivée et tenter de convaincre les combattants rebelles de se replier, selon des témoignages d'insurgés recueillis par l'AFP sur place.

                Le 13 juillet, des violents combats avaient déjà lieu dans les environs de Goualich, où des centaines de rebelles avaient réussi à repousser la contre-offensive des pro-Kadhafi.

               Le leader libyen a pour sa part qualifié de "complot colonial" les événements qui secouent son pays depuis la mi-février, dans un message audio diffusé dans la nuit sur la télévision d'Etat.

               Il a aussi rejeté les accusations d'éliminations d'opposants et de meurtres de milliers de manifestants, lancées par des groupes de défense des droits de l'Homme.

"Seulement huit personnes sont mortes et une enquête est en cours pour déterminer qui les a tuées. (...) Montrez-nous où sont enterrées les milliers de personnes (qui auraient été tuées)", a demandé M. Kadhafi.

Il a par ailleurs exprimé sa solidarité avec l'ex-président égyptien Hosni Moubarak, qui a abandonné le pouvoir en février sous la pression de la rue, affirmant que c'était un homme "pauvre, modeste" et qui "aime" son peuple.

L'Allemagne a annoncé de son côté dimanche qu'elle avait accordé une aide civile et humanitaire d'un montant de 100 millions d'euros à l'opposition libyenne regroupée dans le Conseil national de transition (CNT).

"En raison de la guerre que mène le colonel Mouammar Kadhafi contre son propre peuple, la situation en Libye est extrêmement difficile", a expliqué le ministre des Affaires étrangères Guido Westerwelle dans un communiqué.

"Les moyens manquent pour édifier les structures nécessaires et soulager les déficits allant des équipements médicaux à la nourriture. Résultat, les gens souffrent de plus en plus, en particulier dans l'est de la Libye", a ajouté le ministre.

              La Libye est déchirée par des combats entre pro et anti-Kadhafi après un soulèvement contre le dirigeant, au pouvoir depuis plus de quarante ans.

Repost 0
Published by afpslorient - dans International
commenter cet article
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 13:28

Aux adhérents

Cher(e)s ami(e)s,

 

comme vous le savez nous sommes rentrés d'Israël mercredi 20 juillet, Jean-Claude le matin, moi le soir, après que notre superbe bateau le Dignité - qui a remarquablement porté son nom - eut été arraisonné par une douzaine de bateaux de guerre israéliens la veille au large d'el Arish, à environ 37 miles marins de Gaza.

 

Nous avons été littéralement kidnappés en eaux internationales, notre bateau détourné sur Ashdod où nous avons été détenus jusqu'à ce qu'on nous mette dans différents avions : il était important pour nos kidnappeurs que nous partions séparément, contrairement aux assurances données à la consule de France, pour éviter toute visibilité de notre groupe. Si nous avons été correctement traités, la violence de cette attaque n'en reste pas moins effarante: notre petit Dignité poursuivi par une meute de commandos cagoulés, surarmés et appuyés par de gros navires de guerre, dont une vedette lance-missiles.

 

Notre bateau a ensuite été mis à sac par les vaillants soldats israéliens, une fois à Ashdod (ils nous ont aussi volé beaucoup de choses, téléphones et autres. Mes affaires personnelles, vêtements, chaussures etc. ont toutes été volées par exemple). Nous sommes restés aux mains des services israéliens jusqu'à tard dans la nuit, puis détenus en cellules dans un centre de rétention.

 

Le papier que nous avons signé n'est pas une reconnaissance que nous étions des immigrants clandestins, comme beaucoup de rumeurs le laissent entendre. Il s'agit d'un document demandant à sortir au plus vite d'Israël au lieu de rester en prison le temps d'un procès. Dans ce document, un lien vers un autre qui, lui, traite d'immigrants clandestins, posait problème. Nous avons collectivement décidé de signer en écrivant très clairement dans la partie "remarques" que nous avions été kidnappés,amenés par la force militaire en Israël, notre bateau détourné, et que l'illégalité était de leur côté, pas du nôtre qui voulions n'aller qu'à Gaza.

 

De retour à Paris, les copains nous ont fait un super accueil à l'aéroport, et nous avons tenu une conférence de presse jeudi matin. Nous savons que vous vous êtes tous et toutes mobilisé(e)s pendant cette période critique et tout au long de cette campagne magnifique qui nous a permis d'aller si loin, presque jusqu'à Gaza, pour réaffirmer l'exigence de la levée immédiate du blocus.

 

Merci à vous tous et toutes.

 

Ensemble nous continuons, bien évidemment

 

Claude et Jean-Claude

 Association France-Palestine Solidarité (AFPS) 21 ter Rue Voltaire 75011 Paris Tél: 00.33.1.43.72.15.79 Fax: 00.33.9.56.03.15.79 afps@france-palestine.org www.france-palestine.org 
Repost 0
Published by afpslorient - dans Bateau pour Gaza
commenter cet article
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 13:26

publié le jeudi 21 juillet 2011

 

Amira Hass

 

Au moins 150 soldats ont été envoyés à la mer tôt le matin pour éviter aux 10 activistes civils, trois membres d’équipage et trois journalistes de la "flottille de la liberté" d’atteindre le port de Gaza.

Trois navires de missiles et sept bateaux de commandos ont été envoyés pour reprendre le baquet connu comme "le Dignité Al Karama" hier, à environ 50 miles nautiques de la côte.

Au moins 150 soldats ont été envoyés à la mer tôt le matin pour éviter aux 10 activistes civils, trois membres d’équipage et trois journalistes de la "flottille de la liberté" d’atteindre le port de Gaza.

Pendant une heure, hier, les militants ont pensé que la marine pourrait avoir renoncé à sa mission coûteuse pour les intercepter. Ils ont imaginé une autre fin, non-violente, à leur voyage, qui a débuté en Corse le 25 Juin, et a continué dans les eaux internationales, le samedi à partir de l’île grecque de Kastellorizo.

Le lundi, les militants et l’équipage ont décidé de jeter l’ancre à environ 80 miles nautiques de la côte de sorte que s’ils devaient être interceptés, ce serait durant la journée.

Mardi matin, le navire lève l’ancre et repart. Vers 10 heures, un navire de la marine israélienne est apparu au nord. La radio du Karama a commencé à grésiller : « C’est la marine israélienne. Quelle est votre destination. ?"

« Le port de Gaza."

Permission refusée, dit la voix.

Au même moment, la communication a été coupée. A environ 13 heures, un commando de quelques bateaux accélérait vers le Karama depuis l’ouest. Depuis le sud et le nord, trois bateaux de missiles sont apparus. Nous étions tous vêtus de nos plus gilets de sauvetage orange fluo. Les huit personnes en dessous du pont ressemblaient à des personnages de dessins animés.

Mais ce qui approchait n’était pas une plaisanterie. Deux longs bateaux de missiles verdâtres avec des commandos à bord, des masques noirs cachant leurs visages, pointant toutes sortes d’armes sur les personnages orange. Les bateaux de commando s’approchèrent ; à leurs côtés, deux canots pneumatiques gris.

Plus tard, trois de plus apparurent.

L’expatrié israélien Feiler Dror, aujourd’hui citoyen suédois, a crié en hébreu : "Arrêtez de pointer votre arme sur nous, nous ne sommes pas armés !" Il a joué une mélodie qu’il avait composé, avec des motifs juifs cantoriaux, sur son saxophone.

Juste quand il s’est arrêté de jouer, les bateaux de commando ont commencé à ralentir et à se replier. Les militants ont plaisanté en disant que la chanson avait fait son travail.

Autour de 14 heures, sept bateaux de commando sont venus à quelques mètres du yacht des deux côtés.

Les canons à eau ont été pointés sur la droite du pont. Les bateaux en caoutchouc s’approchèrent également, et l’équipage du Karama a commencé à descendre de la plate-forme supérieure humide. Le moteur s’est arrêté et les soldats, avec leurs masques noirs et de leurs armes pointées, ont ordonné à tous de rentrer dans la cabine.

"Nous n’allons pas vous blesser si vous obéissez", dit quelqu’un. Les activistes ont été entassés dans la cabine, et le pont rempli avec des hommes masqués qui les ont amenés un par un dans les vaisseaux en caoutchouc.

Les hommes masqués tendaient leurs mains et disaient des choses calmantes comme "prenez ma main ; ici, laissez-moi prendre votre sac" Nous étions à peine monté sur le bateau en caoutchouc, qui avait le marquages de la ​​police des frontières, qu’on nous donnait de l’eau. Les soldats masqués sur les autres bateaux étaient occupés à prendre des photos de chaque acte humanitaire.

Des canots pneumatiques, nous avons été emmenés sur l’énorme bateau de missiles Kidon, parmi les missiles - manifestement destinés à Gaza - et des soldats dont les visages n’étaient pas masqués.

Plus tard nous avons été emmenés en bas dans des cabines sans air. Trois ou quatre jeunes hommes nous gardaient. Ils étaient gentils, ils nous ont apporté de l’eau et des fruits. Quelqu’un vérifié notre pouls. Quelqu’un a demandé si quelqu’un avait mal quelque part.

Quatre heures plus tard, quand nous sommes arrivés à Ashdod, nous avions mal à la tête à cause des cabines suffocantes.

A environ 19 heures, nous avons mis le pied sur le quai d’Ashdod. Des masses de soldats et quelques personnes en civil nous sont tombés dessus. Les gens ont été amenés à leurs bagages.

C’est là que nous nous sommes séparés : en tant qu’Israélienne et journaliste, j’ai été mise de côté et libérée après que mon passeport a été tamponné. Les autres 15 passagers du Karama ont été arrêtés et n’ont pas été autorisés à voir leurs avocats.

 

Haaretz

20/07/2011 12:31

Par Amira Hass, journaliste israélienne à bord du bateau

publié en français par la Campagne "un bateau pour Gaza"

Repost 0
Published by afpslorient - dans Bateau pour Gaza
commenter cet article
19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 13:40

Soutien au Dignité Al Karama. Refus du nouveau coup de force militaire israélien.

  

Marie Christine Vergiat, députée européenne du Front de Gauche 

 

 

Bruxelles 19 juillet 2011

Ce mardi matin, l’armée israélienne a arraisonné « Le Dignité-Al-Karama » et conduit ses passagers à bord de ses bateaux pour les emmener à Ashdod pour « subir des interrogatoires ». Au nom de quel droit ?

Ce bateau est le dernier bateau « rescapé » de la flottille de la Liberté II, son « petit Poucet citoyen ». A son bord, 16 militants pacifistes de 6 nationalités qui portent la parole de milliers de citoyens qui ont soutenu la flottille « Liberté II » pour exiger la levée du blocus de Gaza et en appeler à l’opinion publique pour faire pression sur les gouvernements occidentaux afin qu’ils exigent d’Israël le respect du droit international pour la Palestine.

Au lieu de cela et de tout faire pour protéger la flottille et ses passagers, les gouvernements occidentaux ont multiplié les pressions pour empêcher les bateaux de partir, ne réagissant même pas au sabotage d’au moins deux de ces bateaux. C’est donc encore une fois le soutien inconditionnel à Israël qui a prévalu et les intérêts stratégico-politio-diplomatiques à courte vue au mépris des règles internationales.

Pire encore aujourd’hui, les autorités israéliennes osent se prévaloir de ce droit international pour arraisonner le bateau et dire qu’il y a des solutions « conformes au droit international » pour acheminer l’aide alimentaire. De qui se moque-t-on ? La seule solution conforme au droit international est la levée du blocus de Gaza.

Jusqu’à quand Israël sera-t-il considéré comme un pays à part qui peut bafouer le droit en toute impunité y compris dans les eaux internationales ?

A plusieurs reprises, les élus du Front de gauche ont interpellé les autorités tant françaises qu’européennes[1] pour leur demander de protéger la flottille et ses passagers pacifistes.

Les passagers du « Dignité-Al-Karama » ont été conduits à bord des bateaux militaires et sont amenés en Israël pour interrogatoire. Parmi eux, plusieurs Français dont le député communiste Jean Claude Lefort et la porte-parole française de la Flottille de la liberté II, Claude Léostic.

L’Union européenne et les gouvernements de ses Etats membres doivent ramener Israël à la raison et au respect du droit international. Ils doivent tout mettre en œuvre pour protéger leurs ressortissants et la population palestinienne.

Repost 0
Published by afpslorient - dans Bateau pour Gaza
commenter cet article
19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 13:40

Soutien au Dignité Al Karama. Refus du nouveau coup de force militaire israélien.

  

Marie Christine Vergiat, députée européenne du Front de Gauche 

 

 

Bruxelles 19 juillet 2011

Ce mardi matin, l’armée israélienne a arraisonné « Le Dignité-Al-Karama » et conduit ses passagers à bord de ses bateaux pour les emmener à Ashdod pour « subir des interrogatoires ». Au nom de quel droit ?

Ce bateau est le dernier bateau « rescapé » de la flottille de la Liberté II, son « petit Poucet citoyen ». A son bord, 16 militants pacifistes de 6 nationalités qui portent la parole de milliers de citoyens qui ont soutenu la flottille « Liberté II » pour exiger la levée du blocus de Gaza et en appeler à l’opinion publique pour faire pression sur les gouvernements occidentaux afin qu’ils exigent d’Israël le respect du droit international pour la Palestine.

Au lieu de cela et de tout faire pour protéger la flottille et ses passagers, les gouvernements occidentaux ont multiplié les pressions pour empêcher les bateaux de partir, ne réagissant même pas au sabotage d’au moins deux de ces bateaux. C’est donc encore une fois le soutien inconditionnel à Israël qui a prévalu et les intérêts stratégico-politio-diplomatiques à courte vue au mépris des règles internationales.

Pire encore aujourd’hui, les autorités israéliennes osent se prévaloir de ce droit international pour arraisonner le bateau et dire qu’il y a des solutions « conformes au droit international » pour acheminer l’aide alimentaire. De qui se moque-t-on ? La seule solution conforme au droit international est la levée du blocus de Gaza.

Jusqu’à quand Israël sera-t-il considéré comme un pays à part qui peut bafouer le droit en toute impunité y compris dans les eaux internationales ?

A plusieurs reprises, les élus du Front de gauche ont interpellé les autorités tant françaises qu’européennes[1] pour leur demander de protéger la flottille et ses passagers pacifistes.

Les passagers du « Dignité-Al-Karama » ont été conduits à bord des bateaux militaires et sont amenés en Israël pour interrogatoire. Parmi eux, plusieurs Français dont le député communiste Jean Claude Lefort et la porte-parole française de la Flottille de la liberté II, Claude Léostic.

L’Union européenne et les gouvernements de ses Etats membres doivent ramener Israël à la raison et au respect du droit international. Ils doivent tout mettre en œuvre pour protéger leurs ressortissants et la population palestinienne.

Repost 0
Published by afpslorient - dans Bateau pour Gaza
commenter cet article
17 juillet 2011 7 17 /07 /juillet /2011 13:04

 

- 17 juillet 2011

La Flottille de la liberté n’est pas morte : le bateau français « Dignité Al Karama » est dans les eaux internationales.. Il est parti, laissez le passer !

Samedi 16 juillet, le bateau français Dignité al-Karama a fini par l’emporter sur les milles obstacles et tracasseries dont il a été l’objet de la part des autorités grecques. Il a quitté le port de Kastellorizo, en Grèce, et a enfin atteint les eaux internationales. À son bord, en plus des militants français, une délégation qui représente toutes les campagnes internationales menées dans le cadre la Flottille de la liberté II « Restez humains »

 

- 16 juillet 2011

Parti à l’origine d’un port en Corse fin juin, et battant pavillon français, le Dignité Al Karama est le seul bateau qui a pu se défaire de l’interdiction de naviguer décrétée par les autorités grecques à la demande du gouvernement israélien. La campagne "Un bateau français pour Gaza" a alors décidé d’en faire le porte-parole de l’ensemble de la flottille, pour dénoncer le siège de Gaza, exiger sa levée, et porter aux Palestiniens un message de solidarité.

A son bord : Stéphane Corriveau (coordinateur du « Tahrir », bateau canadien pour Gaza), Ayyache Derraji (Journaliste-Al Jazeera), Dror Feiler (Campagne Ship to Gaza-Sweden et président des Juifs européens pour la Paix, musicien), Hilaire Folacci (Marin), Jérôme Gleizes (Membre du bureau exécutif d’Europe Ecologie Les Verts, professeur), Stéphane Guida (Cameraman-Al Jazeera), Amira Hass (Journaliste israélienne-Haaretz), Jacqueline Le Corre (Collectif 14 de soutien au peuple palestinien et Parti communiste français, médecin), Jean Claude Lefort (Député honoraire), Jo Leguen (Navigateur), Claude Léostic (Porte parole de la campagne Un bateau français pour Gaza et vice présidente de l’Association France Palestine Solidarité), Yamin Makri (Collectif 69 de soutien au peuple palestinien, éditeur), Oumayya Naoufel Seddik (Fédération des tunisiens pour une citoyenneté des deux rives, politologue), Vangelis Pissias (Campagne Ship to Gaza-Greece, professeur), Thomas Sommer –Houdeville (Porte parole de la campagne Un bateau français pour Gaza et membre de la Campagne Civile Internationale pour la Protection du Peuple Palestinien, chercheur associé à l’Institut français du Proche-Orient), et Yannick Voisin (Marin).

Le « Dignité Al Karama » porte les valeurs de la campagne Un bateau français pour Gaza et de la coalition internationale : l’exigence de justice et de droit pour mettre un terme au blocus illégal de Gaza, condamné à plusieurs reprises par la communauté internationale. Face aux menaces du gouvernement israélien, nous réaffirmons notre démarche non-violente en solidarité avec les Palestiniens.

Il est maintenant parti laissez le naviguer !!!

Repost 0
Published by afpslorient - dans Bateau pour Gaza
commenter cet article
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 13:00

Le 7 juillet, des militants de l'AFPS- Lorient ont participé au cercle du silence organisé par le mouvement de la Paix à Hennebont, dans le cadre du soutien à la flotille " un bateau pour Gaza", bloquée par le gouvernement Grec.

cliquer sur l'image pour agrandir.

Au nom du mouvement de la Paix, Noëlla Chabreyron, sa présidente départementale, a souligné le soutien à l'opération en cours à laquelle participent deux navires français:" trois revendications sont les nôtres, le respect du droit international et la liberté de navigation, la levée du blocus de Gaza et la dignité pour le peuple palestinien".

Repost 0
Published by afpslorient - dans Bateau pour Gaza
commenter cet article
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 13:00

Le 7 juillet, des militants de l'AFPS- Lorient ont participé au cercle du silence organisé par le mouvement de la Paix à Hennebont, dans le cadre du soutien à la flotille " un bateau pour Gaza", bloquée par le gouvernement Grec.

cliquer sur l'image pour agrandir.

Au nom du mouvement de la Paix, Noëlla Chabreyron, sa présidente départementale, a souligné le soutien à l'opération en cours à laquelle participent deux navires français:" trois revendications sont les nôtres, le respect du droit international et la liberté de navigation, la levée du blocus de Gaza et la dignité pour le peuple palestinien".

Repost 0
Published by afpslorient - dans Bateau pour Gaza
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du PAYS DE LORIENT
  • Le blog  du PAYS DE LORIENT
  • : Pour la création d'un état palestinien
  • Contact

Rechercher

Liens